Des requérants d’asile se mobilisent pour dénoncer leurs conditions de vie souterraine à Genève

28.01.2015

Une centaine de migrants logeant dans des abris de la protection civile ont fait part de leur désarroi à l’Hospice général, institution en charge de l’accueil des requérants d’asile dans le canton de Genève.

À l’instar de ce qu’il s’est passé dans le canton de Vaud (voir notre brève), les résidents de ces différents abris antiatomiques ont écrit une lettre ouverte pour dénoncer des conditions de vie indignes, et que certains endurent depuis plus d’une année : problèmes d’hygiène liés au nombre insuffisant de douches et WC par rapport au nombre d’habitants ; alimentation répétitive, peu équilibrée et pré-cuisinée, aucune cuisine n’étant à leur disposition ; difficultés en matière de santé et de sécurité liées à la promiscuité ; manque de sommeil, une lumière restant allumée 24h/24 et plusieurs dizaines de lits étant reliés entre eux, etc.

Alors que ces personnes - provenant de pays tels que l’Erythrée, la Syrie ou le Soudan - ont fui des circonstances tragiques, leur situation actuelle a d’autant plus de répercussions sur leur santé physique et psychique. Elles appellent ainsi les autorités à « prendre des mesures urgentes et nécessaires pour y mettre fin ».

Ces dernières brandissent la crise du logement comme explication à de telles structures d’hébergement et se disent en train de réfléchir à des améliorations et des alternatives tout « en déplorant le caractère humainement insatisfaisant » de ces logements.

Sources :

- Stop Bunkers – Lettre ouverte à l’Hospice général, 26.01.2015
- Le Courrier, « Des requérants demandent à vivre décemment », 27.01.2015
- RTS La Première, « Le journal de 6h », 27.01.2015 (de 08’35’’ à 10’20’’)

Documents joints