Bulgarie : un système d’asile encore trop précaire

12.05.2014

Le 15 avril dernier, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a retiré son appel à suspendre les renvois Dublin vers la Bulgarie (voir notre brève du 20 janvier 2014), constatant les efforts significatifs accomplis pour améliorer le système d’asile. Un récent rapport de Human Rights Watch, ainsi que les indications du Bulgarian Helsinki Committee, viennent nuancer cette évaluation.

Selon Human Rights Watch, les conditions de vie se sont certes améliorées dans certains centres pour demandeurs d’asile, notamment celui de Harmanli, mais restent très précaires dans d’autres lieux d’hébergement, où les problèmes de surpopulation et de manque d’accès aux installations sanitaires demeurent ; par ailleurs, certains requérants d’asile se voient nier l’accès aux centres et sont donc sans logement et sans ressources. Les mineurs non accompagnés, en violation des normes européennes, sont souvent sujets à la détention, manquent d’accès à l’éducation et ne se voient pas assigner de tuteur. L’ONG rapporte également de nombreux épisodes de violences policières à l’égard des requérants d’asile.

Pour sa part, le Bulgarian Helsinki Committee a récemment dénoncé aussi un manque d’accès aux soins de santé pour les demandeurs d’asile. L’organisation indique par ailleurs que, si la détention des personnes ayant pu déposer une demande d’asile n’est plus pratiquée, celles qui n’ont pas eu l’opportunité de le faire peuvent être détenues et n’ont pas accès à la procédure d’asile ni à une assistance légale. Pour les réfugiés reconnus, l’ONG relève une absence totale de mesures d’intégration.

Sources :

UNHCR, Bulgaria : UNHCR says asylum conditions improved, warns against transfer of vulnerable people, 15 avril 2014.
Human Rights Watch, ‘Containment Plan’ : Bulgaria’s Pushbacks and Detention of Syrian and Other Asylum Seekers and Migrants, avril 2014.
ECRE, “Interview with Iliana Savova”, Bulgarian Helsinki Committee, 11 avril 2014.